Voilà des semaines que nous espérons l’arrivée du beau temps, mais chaque jour du côté de la météo force est de constater qu’il ne faut jurer de rien. Ce matin, si à l’extérieur la température est douce, le ciel en revanche est mitigé, des nuages et de grosses trouées d’azur. De quel côté va pencher la balance céleste aujourd’hui ? ce n’est pas moi qui vais pouvoir le dire !

ciel incertain

Pour le 1er mai, après une nuit d’orage, une matinée sous une pluie persistante, l’après-midi c’est révélée chaude et ensoleillée. Pour le coup, nous avons fait une petite escapade vers la foire annuelle de Portes, au pied du château. Tout en prenant garde à ne pas marcher dans les énormes flaques d’eau et sur les bordures boueuses des allées, nous avons erré entre les différents stands. Nous sommes rentré chez nous avec un bon gros panier de fraises et l’eau à la bouche en évoquant le dessert gourmand dans lequel elles allaient inévitablement tenir le premier rôle.

fraisier

Le lendemain, décision faite de confectionner un fraisier. Après consultation de plusieurs recettes, je décide de faire un mixe de tout cela car je souhaite préparer un dessert léger et donc il n’est pas question de mettre 200 gr de beurre pour 1/2 l de lait dans la crème pâtissière. J’ai opté pour une crème mousseline maison, moitié pâtissière et chantilly allégées. Une génoise revisitée aux œufs et à la maïzena. Au final, nous avons trouvé ce gâteau léger à souhait, assez convainquant, autant par le goût que par son visuel. Il a donc remporté un franc succès.

Il me reste encore beaucoup de fraises donc je pense réaliser quelques petits pots de confiture ou refaire encore un fraisier à la demande du comité maison. 

Aramis au pré

Avec tous ces épisodes pluvieux ces dernières semaines, le jardin qui pour le coup est devenu très vert à énormément souffert côté floraisons. Aramis et les deux brebis ont appréciés de goûter l'herbe fraîche plutôt que leur foin.

Dans les massifs, les camélias, les jonquilles, jacinthes et tulipes, ont subi les trombes d’eau qui ont alourdi leurs têtes et les tourments d’un vent violent qui les a bien secouées. Au final, il y a d’avantage de fleurs de camélias qui jonchent le sol que sur les buissons et les autres fleurs sont carrément couchées dans les parterres. Quel gâchis. Heureusement que les iris semblent supporter un peu mieux les intempéries et apportent leurs touches mouillées et colorées.

iris 1

iris 2

Il est grand temps que le vrai beau temps s’installe et que nous puissions réinvestir complètement le jardin. Que les coussins sortent de la remise, que les terrasses redeviennent accueillantes pour des repas au grand air, que nous profitions de la nature environnante, que le jardin redevienne enfin une autre pièce de la maison.

Nous allons donc garder l'oeil ouvert & ne rien perdre de vue !

mon oeil

Bon et doux Week-End à vous.

Ghislaine